L’importance de la nature pour nos enfants

Mes souvenirs d’enfance sont remplis de cabanes crées de nos mains d’enfants, de vélo dans la forêt (alors que j’avais peur), de feuilles qui craquent sous mes pieds. Nous adorions mes cousins, mon frère et moi manger des noisettes directement sur l’arbre de nos grands-parents. Nous cassions la coque avec une grosse pierre et nous mangions la noisette encore gorgée de soleil. Puis une fois rassasié de noisettes, nous partions en quête de framboises et de fraises dans la potager de ma grand-mère. Et bien sûr, on va pas se mentir, on mangeait aussi des glaces pour le 4h en complément de tout ça. Nous passions nos vacances dehors. Pourtant je suis née et j’ai grandi à Paris. Je passais pourtant mes weekend dans les forêts aux alentours à faire des piques-niques, des jeux de bâtons, me dépenser et faire un vrai bain de nature ! Ma mère nous emmenait aussi, quand le temps du Nord était favorable, au parc le soir après la garderie. J’ai donc grandi au milieu du bitume mais j’étais quand même proche de la nature car mes parents avaient à cœur de nous laisser jouer librement dedans. Une étude a montré que chez les enfants de 3 à 10 ans, 4 enfants sur 10 ne jouaient pas dehors. Presque la moitié. Quand j’ai lu ce constat alarmant sur le site de Bougribouillons, je me suis rappelée mes jeunes années. Je suis partie de Paris pour une vie plus douce et plus proche de la nature, pourtant ma fille n’a presque pas fait de sieste dehors (l’été c’est vite une fournaise à l’extérieur à Toulouse).

Les enfants sont faits pour la nature

J’ai compris l’importance de la nature pour les enfants grâce à l’interview de Matthieu Chéreau (au micro de Clémentine Sarlat) dans la Matrescence (épisode n°21). Ce qui a confirmer nos choix de vie, plus douce, en rapport avec la nature et de nous rapproché de celle-ci. J’ai laissé mon bébé faire la sieste à l’ombre au milieu de la nature, elle était fascinée par le ciel, les feuilles qui bougent au grès du vent. J’ai eu la chance de pouvoir m’éloigner de la fournaise toulousaine pendant quelques semaines dans le Tarn près d’une forêt et nos journées étaient rythmées par de très longues promenades en forêt. Ma fille n’a jamais aussi bien dormi ! Elle faisait sa sieste pendant la promenade du matin vers 10h (l’avantage d’avoir une forêt, le chemin n’est pas en plein soleil et il ne fait pas aussi chaud) puis en fin d’après midi et le soir se finissait avec une très longue promenade au coucher du soleil. J’ai clairement vu la différence quand nous avons du retourner dans l’appartement qui deviens très vite chaud et on doit vivre avec les volets fermés la plus grande partie de la journée. Alors certes nous vivons près de la nature mais les rues ne sont pas ombragées surtout pendant les heures de plein ensoleillement. Nous sortions donc le soir vers 21h pour apaiser notre bébé. Tout de suite elle se détendais et le rituel du soir se faisait plus facilement. Je continue de la sortir en fin d’après-midi même si avec le couvre-feu de 18h cela limite le temps de sorti.

La nature est bénéfique

Je vous invite à aller voir la superbe illustration de Bougribouillons sur les bienfaits de la nature sur les enfants. Pour ne citer que quelques exemples, les enfants améliorent leur système immunitaire en jouant dehors, ainsi que leurs capacités motrices, leur imagination et leur créativité. D’ailleurs l’article sur « Les cinq meilleurs jouets de tous les temps » m’a fait réfléchir. J’ai beau prôner le minimalisme et l’environnement je n’ai pas pensé une seule seconde à ces jeux qui coulent pourtant de source. Ma fille met encore tout à la bouche mais je garde précieusement cette liste si simple et pourtant si puissante dans les jeux libres qu’elle peut créer. Le post Instagram de Famillesansfiltre « Et si on retirait les jouets? » m’a beaucoup fait réfléchir aux jouets que je proposait pour ma fille. A la base, elle n’en avait pas beaucoup, puis petit à petit je lui en ai rajouté et je pense qu’il y en a trop même si nous faisons un roulement. Tout comme je suis estomaquée de voir autant de jouer chez sa nounou à disposition, je suis sûre que cela n’aide pas les enfants à jouer d’avoir autant de choix. Je suis donc contente de limiter son champs des possible quand elle est à la maison. J’ai la chance d’avoir une nounou qui sort les enfants tous les matins pour ne promenade lorsque que le temps s’y prête. Le manque de nature nous déracine pas seulement, il entraîne de nombreux troubles comme l’obésité, le stress, la fatigue et même l’hyperactivité !

Je me rend compte qu’avec le tourbillon de la vie quotidienne je ne met pas toujours nos sorties en duo en priorité mais je vais faire au mieux pour ne pas oublier et le faire un maximum même si fatalement avec le couvre-feu on ne peut pas le faire tous les jours. J’ai la chance d’avoir une nounou qui les sort le plus possible et qui a un jardin. Vous pouvez être citadin et ramener de la verdure à vous, pas besoin de vous éloigner en campagne, chacun son besoin et son degré de proximité. Bien sûr cet article n’a pas été rédigé pour culpabiliser les parents, on fait tous au mieux et ce que l’on peut. Il faut juste garder en mémoire et nos enfants retirent un grand bénéfice de se retrouver avec la nature et nous tout autant !

Et vous plutôt souris des villes ou souris des champs ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s